De la Beat: L’interview exclusive d’un groupe unique

by | May 28, 2023

De la Beat est né en 2023 de la réunion en studio pour le projet My Body, publié par Klubasic. Michael Gaeta est un DJ spécialisé dans la house music, qui a joué dans de nombreux clubs italiens. Jonas Bendaou est un pianiste acid jazz franco-italien qui a créé plusieurs morceaux pour d’autres auteurs. Il a décidé de se consacrer au projet De La Beat.

Le nom évoque justement la pulsation. Le sens du rythme. Le battement de cœur musical.

De La Beat: Un son au cœur de l’émotion

1 In Music: Si vous deviez résumer qui vous êtes et ce que vous faites, comment le feriez-vous ?

De La Beat [DLB]: Un organisme qui connaît les vibrations de la musique house et les sons mélancoliques du lo fi, le rythme de l’acid jazz et de la soul. Le projet De La Beat est né avec l’intention de produire des morceaux house avec une saveur lo fi et funky. En français et en anglais.

Qu’est-ce qui fait de votre musique un son unique ?

DLB:

L’unicité, probablement, à l’époque où tout est uniforme et identique, réside dans les émotions.

Je me souviens encore d’il y a quelques années quand, un de mes morceaux fini, le directeur d’un label italien m’a demandé de faire bouger le groove comme dans le morceau de…, de jouer la basse comme dans le morceau de…., et de faire d’autres variations pour aligner le tout sur d’autres morceaux existants.

À ce moment-là, j’ai compris qu’il n’y avait pas de désir de nouveauté, mais qu’il fallait reproduire quelque chose qui avait déjà fonctionné.

En ce qui nous concerne, nous préférons suivre nos émotions. Le label Klubasic a probablement cru en cette vision lorsqu’il a décidé d’héberger l’un de nos titres parmi ses productions.

De La BeatComment De La Beat en est-il arrivé là ?

1 In Music : Qu’est-ce ou qui a façonné votre musique ?

DLB : Nous aimons Miguel Migs, Keytranada, Sabrina Claudio, Jill Scott, mais aussi des artistes comme Jamiroquai, Hocus Pocus (France), JKF (France), Incognito.

D’ailleurs, j’ai suivi Incognito dans plusieurs de leurs tournées.

1 In Music: Quelles sont les personnes qui vous soutiennent ?

DLB : Tout le monde et personne. Nous avons beaucoup d’amis qui croient en notre musique. Ils nous soutiennent de près ou de loin. Mais, avant tout, c’est nous qui croyons en ce nouveau projet.

1 In Music: Quand avez-vous réalisé que vous alliez faire de la musique professionnellement ?

DLB : Lorsque nous avons commencé à nous rendre compte de toute cette uniformisation musicale tout juste évoquée. Nous créions sans cesse de nouvelles choses et on nous disait que ce n’était pas conforme au marché.

Le besoin de créer le groupe De La Beat est venu naturellement, tout seul, dans la continuité logique de la dimension musicale qui nous lie incroyablement. Le titre My Body, publié par Klubasic, a peut-être été le point de départ.

Un petit peu plus près du cœur…

1 In Music: Quel type de musique écoutez-vous ?

DLB : Celui qui a inspiré notre nom De La Beat.

Le beat lofi – la deep house – le funky – hip hop, urban;  mais aussi la musique électronique avec des sons mélancoliques. Quant à moi, dans ma vie, je passe de Debussy à Masego. De Tom Mish à Mozart.

1 In Music : Qui, pour vous, est l’artiste musical le plus sous-évalué ?

DLB : Il y en a beaucoup. Il suffit de parcourir rapidement youtube pour se rendre compte que de nombreux artistes ont un grand talent, mais qu’il est mal diffusé. Les labels créent souvent le besoin ou les lignes directrices. Mais nous sommes sûrs que les choses vont changer.

Essayez de chercher sur youtube Luuvis avec la chanson Up and away. Vous vous rendrez compte de la beauté musicale. Si j’étais un label, je le prendrais tout de suite et l’encouragerais à continuer sans s’arrêter.

1 In Music : Comment vous préparez-vous pour vos performances ?

DLB : Nous ne faisons pas de performances. Ou, du moins, pas pour le moment.

Si, par performance, vous entendez également jouer dans un studio d’enregistrement, je peux seulement vous dire que…

lorsque je m’assois au piano, c’est comme si je retrouvais l’amour. Mon cœur bat, je me prépare, je souris. Michael installe les instruments comme s’il peignait. C’est comme si on perdait la mémoire à chaque fois et qu’on recommençait à faire la cour à la musique.

La performance amoureuse dans le monde du beat. Je l’appellerais comme ça

1 In Music : Que faites-vous (de créatif ou autre) lorsque vous ne faites pas de musique et que dont vous êtes passionné ?

DLB : Michel travaille dans l’architecture et, pendant son temps libre, il étudie de nouveaux programmes, logiciels et outils. Je suis psychologue et j’adore mon travail de formateur auprès d’étudiants à l’école. Ensuite, je lis. Je voyage. Et pendant que je voyage, je lis et je pense à la musique. Je me considère chanceux.

De La Beat1 In Music : Le succès pour vous, c’est… 

DLB : Conscience. La conscience d’être amoureux de ce que l’on fait.

Le succès, ce n’est pas d’arriver quelque part. C’est aussi parce que dans la vie, on ne va jamais assez loin.

Les Grecs disaient : “Vivez maintenant et soyez conscients”.

Le succès réside dans la curiosité, la volonté, l’aptitude. Et surtout, dans le respect.

1 In Music : Qu’est-ce que vous auriez aimé qu’on vous dise quand vous avez commencé et qui, selon vous, aiderait un musicien débutant ?

DLB : Nous aurions aimé entendre des phrases comme “courage” ou “allez”, “essayons”. “On croit en vous”

En revanche, dans le domaine de l’art, il n’y a jamais de partage de nouveaux projets. Mais plutôt des “On vous tiendra au courant”.

Un musicien débutant a probablement besoin de quelqu’un qui le pousse à vivre ses passions sans rentrer à tout prix dans le moule.

1 In Music : Quels sont vos projets à venir ?

DLB : Outre My Body, publié par Klubasic, pour lequel nous avons également réalisé une version acoustique, et deux versions créées en collaboration avec les producteurs Guglielmo Bini, Cappiello et les fantastiques Jook et Spook, nous sommes en train de produire plusieurs titres. Beaucoup d’entre eux seront en français avec un rythme lofi house pour lequel nous avons prévu des collaborations avec d’autres DJs et producteurs.

Pour l’un d’entre eux, nous réalisons un clip fantastique qui sera dans la boîte d’ici cet été.

De La Beat1 In Music : Merci d’avoir accepté cette interview avec nous, et d’avoir partagé autant sur votre groupe et votre son. Avant de vous quitter, où le public peut-il trouver votre musique ?

DLB : Nous venons de commencer. Le joli projet avec Klubasic, My Body, sera sur Spotify, Soundcloud, et Traxsource, et d’ici peu, également sur Tik Tok et YouTube.

https://youtu.be/SkV8NDkgNIY

Comme on dit, on regarde autour de nous et pendant ce temps, on vit l’instant présent, on suit le rythme, en continuant à tomber amoureux du rythme cardiaque musical.

https://www.delabeat.com/